La Guerre Du Vietnam's header

FIGHTING THE LOST WAR section - vnafmamn.com

Nguyen Gia Tien
Suisse, Avril 2004

L'Occident avait souvent une opinion fausse de l'histoire récente du Vietnam. On peut le comprendre , car, tant que le régime communiste actuel à Hanoi est encore en place, ses forfaits ne seront jamais révélés. Pourrait-on connaitre tous les crimes de Staline et la vérité sur l'URSS et l'Europe de l'Est, s'il n'y avait pas eu le processus de "déstalinisation " dès 1953 et la chute du Mur de Berlin en 1989 ? Et, si les crimes du stalinisme ne sont, à l'heure actuelle, que partiellement connus, les crimes perpétrés par Hanoi le sont encore moins . S'il y avait bien eu un procès de Nuremberg pour les Nazis, il manque encore un Nuremberg pour le stalinisme. Et é quand un Nuremberg pour les dirigeants de Hanoi ?

Pour les Occidentaux mal informs, la guerre du Vietnam est une "guerre d'indépendance" menée pendant 30 ans (1945-1975) par Hô Chi Minh et son équipe contre les Japonais, les Français, puis les Américains.

Or il n'en est rien.

  

  

1) La Première Guerre du Vietnam (1946-1954): Victoire confisquée au profit du Communisme.

L'Indochine (dont le Vietnam) était une colonie française jusqu'en début de 1945. Dès 1942, l'Armée japonais fit son entrée dans l'Indochine sans combat, et l'administration coloniale française, dans une position de faiblesse, a dû accepter toutes les conditions posées par les Japonais (bases militaires, déplacements des troupes, etc...) Un peu avant la fin de la 2e Guerre mondiale, le 9 Mars 1945, un coup d'état par l'Armée japonaise mit fin à l'occupation française. L'indépendance du Vietnam fut proclamée pour la première fois, après un siècle de domination française. Le premier gouvernement vietnamien indépendant, dirigé par Tran Trong Kim, devait encore dans un premier temps s'accommoder avec l'Armée japonais. Mais les mouvements patriotiques vietnamiens, toujours latents sous l'occupation française, connurent un essor sans précédent à partir de cette date. Cet élan de patriotisme fût encore exacerbé quand 6 mois après, suite à la capitulation du Japon, le Vietnam était devenu totalement indépendant. Le peuple vietnamien jouissait pour la première fois cet exquis bonheur tant aspiré depuis un siècle. On comprend pourquoi ce patriotisme, chauffé à blanc dans le processus de décolonisation d'après guerre de la région du Sud-Est asiatique (Indonésie, Philippines, Malaisie ...), explosa quand les Français sont revenus dans les wagons de l'Armée britanique. (En effet, les contingents français de Leclerc suivaient l'Armée britanique qui prit en charge du dé sarmement de l'Armée japonaise en Indochine). Cet élan patriotique constitue le vrai moteur, la vraie force de la guerre de résistance contre les Français qui s'éclata le soir du 19 Décembre 1946.

Parmi les leaders vietnamiens de l'époque, qui luttaient tous contre la tentative francaise de réoccupation de l'Indochine, se distinguait le groupe communiste dirigé par Ho Chi Minh, Vo Nguyen Giap, Pham van Dong... Ho Chi Minh, agent du Komintern formé à Moscou, avait un objectif tout autre que l'indépendance nationale recherchée par les leaders nationalistes. Il visait la relève du Colonialisme français en Indochine par le Communisme, et recevait des directives précises de Moscou. On comprend pourquoi les communistes vietnamiens étaient mieux organisés, homogènes, et rompus aux manoeuvres politiques machiavéliques

Au fur et à mesure, pendant la guerre, les éléments communistes de Ho Chi Minh s'emparaient tous les pouvoirs en éliminant à tours de bras tous les leaders non-communistes de la résistance. A noter qu'à cette époque, le Communisme était encore inconnu de la population. Et le Parti Communiste de Ho Chi Minh se cachait sous le nom de "Parti Travailliste" (Dang Lao Dong)

On voit ainsi qu'au début de la guerre, la vraie force qui faisait l'élan de la lutte anti-coloniale soutenue par le peuple entier, était le patriotisme vietnamien, qui n'avait rien à voir avec le Communisme. Dès 1950, après l'arrivée au pouvoir des communistes chinois en Chine, Ho et son équipe avaient désormais le soutien direct de ces derniers. Forts de cet appui, ils commençèrent à dévoiler leur visage communiste. Par sa totale soumission à Pékin, Ho Chi Minh obtint en échange, à la bataille de Dien Bien Phu, la participation directe au commandement de Giap des communistes chinois ( les généraux Wei Guoquing, Cheng Geng, Luo Guibo...et leurs dizaines de milliers de "volontaires" ). Cela permit à Giap de remporter la victoire en 1954, et d'ouvrir la voie à l'installation d'une "dictature du prolétariat" calquée sur le modèle de Pékin. Ce n'est pas par hasard qu'on voyait ainsi au Nord, après la prise totale du pouvoir par Ho Chi Minh , la mise en oeuvre , sur l'ordre de Mao, de la sanglante "Réforme agraire" ( 1953-1956) , véritable génocide à la manière de Pol Pot durant lequel plusieurs centaines de milliers de personnes avaient péri. L'équipe de Ho Chi Minh avait ainsi pratiquement transformé la guerre d'indépendance nationale contre le colonialisme français en un conflit idéologique, une "lutte des classes" , au service de l'Internationale Communiste.

Toutes ces pertes de vie humaines, de temps, et la destruction du pays, ne servaient en fin de compte, qu'à faire le passage du colonialisme "blanc" au colonialisme "rouge" dans le Nord Vietnam. La preuve en fut l'exode massif en 1954, après les Accords de Genève, d'un million de personnes du Nord vers le Sud, (on dirait que ces gens "votaient avec leurs pieds"), fuyant le Communisme, puis, l'installation dans le Nord d'un régime stalinien sans scrupules qui est resté en place jusquà ce jour.

2) La Deuxième Guerre du Vietnam (1960-1975): La légitime défense du peuple Sud Vietnamien trahie et rendue vaine.

La vocation communiste de Ho Chi Minh et son quipe ne leur permettait pas de s'arrêter au Nord Vietnam. Les directives de l'Internationale Communiste étaient précises : il fallait encore aller plus loin dans le Sud-Est asiatique .

Suite aux Accords de Genève de 1954 ( sans la signature du Gouvernement de Bao Dai et celui des Etats Unis ) signés entre Ho Chi Minh et la France entérinant la partition du Vietnam au niveau du 17è parallèle, les deux Vietnams ainsi séparés se trouvaient dans les deux blocs antagonistes durant la guerre froide. Au Sud-Vietnam, après Bao Dai, se succèdaient le gouvernement de Ngo Dinh Diem et ceux des militaires ( Nguyen Van Thieu en dernier lieu ). Avec un minimum de soutien américain, ces gouvernements arrivaient à contenir pendant un premier temps les sabotages et l'infiltration des communistes depuis le Nord . Le peuple sud-vietnamien, malgré une démocratie imparfaite, jouissait quand même pendant cette période d'une relative liberté, beaucoup plus satisfaisante que ce qui se passait dans le Nord, sous le régime stalinien de Ho Chi Minh.

Dès 1960, avec laide du bloc communiste, la guerilla s'intensifiait dans le Sud . En 1965 , dénormes caches d'armes venues directement de la Chine communiste furent découvertes dans le Sud, notamment des fusils Kalashnikov, ( très modernes à l'époque), près de Vung Ro ( Nha Trang ). Déjà à cette époque de 1965, les combats faisaient rage partout , et le Sud-Vietnam a failli sombrer à cause de la subversion communiste. On assistait au même scénario bien connu du type de "guerres de libération" qui s'était déroulé plusieurs fois ailleurs dans le monde. Il s'agissait, en fait, dans chaque cas, d'une subversion communiste camoufflée, appuyée par la Chine et le Bloc soviétique. C'est alors seulement que les Marines américains débarquèrent sur la plage de Da Nang en 1965, prélude à une intervention plus massive des Etats-Unis, intervention qui, chaque fois, s'adaptait à une escalade de l'agression venant du Bloc communiste. L'intervention des Américains n'était donc qu'une réponse nécessaire, face à la stratégie de subversion du camp communiste. La vraie nature de la guerre 1960-1975 est une défense du peuple sud-vietnamien, avec le soutien des Etats-Unis, contre l'agression du Bloc communiste. Il s'agit, en fait, d'une lutte pour préserver la liberté du Sud-Vietnam contre la tentative d'imposer une dictature communiste, tout comme la Corée du Sud et l'Allemagne de l'Ouest. Mais la politique interne américaine, son influence sur la conduite de cette guerre , et les raisons du retrait des Américains du Vietnam en 1975 sont encore une autre histoire.

Pourtant, leffondrement rapide de Saigon en 1975 ne peut pas sexpliquer par le manque de motivation du peuple sud-vietnamien à défendre sa liberté, ni par la faiblesse de son Armée . Car, celle ci, en 1972, quand elle avait été convenablement ravitaillée par les Etats-Unis, avait courageusement combattu et mis en pièces les divisions blindées de Giap franchissant la zone démilitarisée pour une offensive d'envergure beaucoup plus importante que celle de 1975.

Malheureusement, tandis que le Bloc communiste continuait son soutien sans réserve aux agresseurs nord-vietnamiens, on voyait, pendant les deux dernières années de guerre ( 1973-1974 ), un défaitiste Congrès américain, pour des raisons politiques, effectuer d'importantes coupes de vivres et de munitions à l'encontre du Sud-Vietnam . Cette trahison était parfaitement orchestrée et précédée par une campagne de dénigrement et de désinformations en faveur des communistes, menée à l'époque par la majorité des médias et de l'intelligentia de Gauche occidentale.

3) Le Vietnam d'aujourd'hui.

30 ans après la fin de la guerre, le Vietnam reste encore un pays parmi les plus pauvres de la planète, sous ce même régime stalinien à Parti unique, crée au début par Ho Chi Minh. Sa nature totalitaire reste entière. Aucune opposition politique n'est tolérée. Les libertés d'expression, de presse, de religion, sont absentes. Les violations des Droits de l'Homme, presque quotidiennes, sont réguliérement dénoncées par Amnesty International, Human Right Watch, Reporters Sans Frontières, Pen Club International...Quelques timides ouvertures économiques de ces dernières années n'attirent que le capitalisme sauvage, favorisant un développement économique désordonné. En contraste avec la disette de plus en plus répandue des bidonvilles et à la campagne, c'est l'apparition d'une classe de nouveaux-riches insolents parmi les apparatchiks du Parti, qui, à l'heure actuelle, s'est muée progressivement en Mafia Rouge sans scrupules.

L'Histoire récente du Vietnam est, en réalité, l'histoire de la transition d'une "colonisation blanche" en une colonisation "rouge et jaune"!

Bibliographie:
-Hoang Van Chi : From Colonialism to Communism ( Pall Mall Press, 1964 )
-Philippe Devilliers : Leclerc et l' Indochine 1945-1947. ( Albin Michel 1992 )
-King C. Chen : Vietnam and China 1938-1945. ( Princeton University Press, 1969 )
-Hoang Van Dao : Viet Nam Quoc Dan Dang .
-Norman Podhoretz : Pourquoi les Américains se sont battus au Vietnam ?(Robert Laffont 1987)
-Richard Nixon : No More Vietnams . ( Arbor House 1985 )
-L.A. Patti : Why Vietnam ? ( Berkeley University Press, 1980 )
-David G. Marr : Vietnam 1945, The Quest for Power. ( University of California Press, 1995)
-Le Manh Hung : Cuoc chien Quoc-Cong tai Mien Bac 1945-1946 ( The-Ky 21 Magazine , USA Septembre 1995)

Plume Pen
 Barbwire

"Close the page to go back to "Fighting The Lost War" page#1